Mort de George Floyd : Donald Trump, président de la division




Déstabilisé par la révolte qui embrase les villes américaines, Donald Trump sait qu’il joue sa réélection, sur fond de double crise sanitaire et économique.


Deux images des Etats-Unis sont entrées en collision ces derniers jours : celle du lancement de la fusée SpaceX, puis de son arrimage réussi à la Station spatiale internationale, nouvel épisode du génie américain dans la conquête de l’espace. Et celle, insoutenable, vue par des millions de gens sur les réseaux sociaux, d’un homme noir à terre, menotté, suffoquant sous le genou d’un policier blanc, et mort en huit minutes, nouvel épisode d’un drame trop ancien et jamais maîtrisé, celui du racisme policier.

En campagne pour sa réélection, Donald Trump n’a pas eu le temps de tirer parti du succès de SpaceX. Pendant qu’il regagnait Washington après avoir assisté au lancement à Cap Canaveral, la colère provoquée par la mort de George Floyd à Minneapolis continuait de s’étendre, embrasant quelque 40 grandes villes du pays.

Lundi 1er juin, Donald Trump a tenté de répondre aux scènes d’émeutes urbaines par une autre image : celle du président des Etats-Unis défenseur de « la loi et l’ordre », brandissant la Bible devant l’église Saint-John, tout près de la Maison Blanche, après en avoir fait évacuer les abords à coups de gaz lacrymogènes – image si abusive que l’évêque épiscopalien de Washington s’est offusqué de ne pas avoir été informé de la visite présidentielle. Quelques minutes plus tôt, M. Trump avait annoncé qu’il n’hésiterait pas à envoyer l’armée pour venir à bout de ce qu’il a qualifié de « terrorisme intérieur ».

La suite ici : Mort de George Floyd : Donald Trump, président de la division

3.06.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.