Myriam Leroy, Florence Hainaut, et les autres: les femmes journalistes toujours harcelées






Myriam Leroy publie son deuxième roman, Les yeux rouges. Basé sur son histoire et celles de tant d’autres journalistes harcelées. Ce livre est une claque qu’il faut accepter de prendre.




Souvent, les journalistes sont critiqués. Que ce soit pour la manière qu’ils ont de traiter l’info ou pour l’éclairage qu’ils choisissent d’apporter. Souvent, leurs qualités de journalistes sont remises en question. Mais la donne change quand il s’agit de journalistes féminines. Être une femme, pratiquer ce métier et oser sortir des lignes revient à prendre le risque de se voir humilier sur la place publique. Harcèlement, insultes, menaces de viol, promesses d’agression, le tout pour un article ou une chronique. Dans son livre Les yeux rouges, la journaliste et écrivaine Myriam Leroy raconte, entre autres, le calvaire qu’elle a vécu. Pourtant, si le harcèlement que subissent ces femmes est avéré, la justice ne suit pas. Les cibles se heurtent encore à l’incompréhension des policiers qui n’accordent que peu d’importance aux plaintes.

Au moment où le scandale de la Ligue du lol explosait en France, on se demandait si des groupes de harcèlement similaires existaient chez nous. Depuis plusieurs années, la journaliste collectionne les attaques (principalement sur Twitter). Florence Hainaut nous confiait au moment de la Ligue du lol qu’elle était étonnée par toutes les marques de soutien que l’affaire suscitait alors qu’elle avait, elle, l’habitude que personne ne réagisse. Elle précisait que « les insultes faites aux femmes journalistes existent depuis des années chez nous et selon la même mécanique : quand on insulte/agresse/harcèle des femmes journalistes, le but est qu’elles se taisent« . Pour Florence Hainaut, le bashing sur les réseaux est, à peu de choses près, quotidien.

La suite ici : Myriam Leroy, Florence Hainaut, et les autres: les femmes journalistes toujours harcelées

29.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.