Nétanyahou et l’arme du mensonge  



 

Gageons pourtant que le rapport complexe que Nétanyahou entretient avec la vérité a pu contribuer au peu d’impact de ses « révélations » sur l’Iran. Le seul dirigeant à les avoir apparemment prises au sérieux est Donald Trump. Il est vrai que manie des « fake news » et propension au mensonge font souvent bon ménage.

 

 


Benyamin Nétanyahou a soigné la mise en scène de son show du 30 avril au ministère israélien de la Défense. Il y martelait ses accusations de « mensonge » à l’encontre de la République islamique d’Iran pour avoir mené, de 1999 à 2003, un programme nucléaire clandestin. Outre le fait que l’agence spécialisée de l’ONU disposait depuis longtemps de telles informations, il est frappant de voir Nétanyahou, si souvent pris lui-même en flagrant délit de mensonge, tenter de retourner cette arme contre Téhéran. Revenons sur certains des mensonges les plus éhontés proférés par le Premier ministre israélien au cours de sa carrière.

En septembre 2012, il affirme à l’Assemblée générale de l’ONU que la République islamique n’a « besoin que de quelques mois, peut-être quelques semaines, avant d’avoir suffisamment d’uranium enrichi pour sa première bombe ». Il reprend en boucle ce discours alarmiste, voire apocalyptique, tout au long de sa campagne contre l’administration Obama et son projet d’accord sur le nucléaire iranien, finalement signé en juillet 2015. Il ne cesse depuis lors d’accuser Téhéran de violer cet accord et, incapable de prouver de telles allégations, il vient donc de mettre en scène des « révélations » datant de plus de dix ans.

La suite ici : Nétanyahou et l’arme du mensonge

7.05.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.