Nous ne sortirons pas indemnes de la guerre menée contre la vérité








« Nous découvrons que la société ne peut en réalité pas fonctionner si nous ne nous mettons pas d’accord sur la différence entre un fait réel et un fait inexact […]. On ne peut pas mener de débats, avoir de lois, de tribunaux, de gouvernabilité, ni même de sciences sans consensus sur la vérité.»




Boostée par la révolution numérique, l’information sera le principal moteur économique, politique et scientifique du XXIe siècle. Mais comme nous le voyons, elle sera également une dangereuse source de confusion, de fragmentation sociale et de conflits.

D’énormes volumes de données qui autrefois ne signifiaient rien peuvent aujourd’hui être exploités pour mieux administrer gouvernements et entreprises, soigner des maladies, créer de nouvelles armes ou faire gagner une élection –entre bien d’autres choses encore.

Il en va de l’information comme du pétrole: après leur traitement, les deux matières acquièrent une grande valeur économique. Et si au cours du siècle passé, de nombreuses guerres ont été déclenchées dans le but de contrôler le pétrole, les prochaines auront pour objectif la maîtrise de l’information.

Certaines informations sont bénéfiques: elles sauvent des vies et mènent à la gloire; d’autres, au contraire, sont toxiques et tuent. La désinformation, exercée par le biais de pratiques frauduleuses et de manipulations, est source de conflits. Elle prospère du reste au même rythme que les informations extraites des immenses bases de données numériques.

Les maîtres de ces technologies savent tantôt nous convaincre d’acheter tel ou tel produit, tantôt nous faire adhérer à des idées, à des groupes ou soutenir des responsables politiques –jusqu’à haïr leurs adversaires.

La suite ici : Nous ne sortirons pas indemnes de la guerre menée contre la vérité

3.11.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.