Nucléaire : comment les Etats-Unis brouillent les relations entre l’Iran et les trois pays européens



Les Etats-Unis sont en train de réussir leur coup pour tuer définitivement l’accord sur le nucléaire conclu entre l’Iran et les cinq pays qui soutiennent encore cet accord. Téhéran a mis en garde l’Agence internationale de l’énergie atomique contre de « graves » répercussions après le déclenchement par les Européens du mécanisme de règlement des différends.


Après avoir assassiné le général iranien Qassem Soleimani, les Etats-Unis tentent une nouvelle fois de tuer l’accord sur le nucléaire conclu entre l’Iran et le groupe de pays qui le soutiennent encore (Chine, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne). Ce qui agace Téhéran. Le président du Parlement iranien a mis en garde dimanche l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) contre de « graves » répercussions après le déclenchement par les Européens du mécanisme de règlement des différends (MRD) contre l’Iran. Les trois Etats européens (France, Allemagne, Grande-Bretagne) parties à l’accord sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015 ont annoncé mardi avoir déclenché le MRD pour tenter de contraindre Téhéran à revenir à l’application totale de ce texte contraignant pour son programme nucléaire.

Le pacte passé entre la République islamique et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) menace de voler en éclats depuis que le président américain Donald Trump s’en est retiré unilatéralement en 2018, avant de rétablir de lourdes sanctions économiques contre l’Iran. Berlin Paris et Londres maintiennent qu’ils restent engagés dans l’accord, mais Téhéran les accuse d’inaction. « Ce que ces trois pays européens ont fait sur le dossier du nucléaire iranien (…) est regrettable », a affirmé dimanche le président du Parlement, Ali Larijani, cité par l’agence officielle Irna.

L’Allemagne a indiqué la semaine dernière que les Etats-Unis avaient menacé d’imposer des droits de douane de 25% sur les automobiles européennes pour pousser les Européens à déclencher le MRD. Un article du Washington Post affirmant que « Trump a secrètement menacé (Paris, Berlin et Londres) d’imposer des droits de douane de 25% sur les automobiles européennes » si elles n’actionnaient pas le mécanisme de règlement des différends (MRD) de l’accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015.

La suite ici  : Nucléaire : comment les Etats-Unis brouillent les relations entre l’Iran et les trois pays européens

21.01.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.