Numérique: une liberté sans pouvoir


liberté sans pouvoir

« Les penseurs de la Silicon Valley prétendent remplacer l’État, ses services publics, mais aussi des institutions et des valeurs comme la vie privée, sans jamais prendre en compte ni les questions de légitimité ni celles de souveraineté. »


En cette semaine de mise à l’honneur du digital à travers la Suisse, notre chroniqueur Yves Petignat porte un regard critique sur l’apport du numérique – et ses dangers pour sa société civile.

« Internet n’a jamais produit aucune idée. » En lâchant cette petite phrase lors d’un colloque scientifique, il y a quelques années déjà, le sociologue et historien Marcel Gauchet avait mis les chroniqueurs et blogueurs de la vie numérique dans tous leurs états. Voulait-il seulement parler de la « neutralité du réseau » comme support technique ou du fait que seuls les humains peuvent produire des idées? Alors que la Suisse vient de vivre sa première Journée nationale du numérique, peut-on encore se rassurer avec la formule de Marcel Gauchet: rien ne changerait sur le fond des idées et des valeurs?


La suite ici : Numérique: une liberté sans pouvoir

2.12.17

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.