Paramétrer notre bulle de filtre… pour en reprendre le contrôle


bulle

Gobo permet de jouer avec les critères et donc de comprendre en partie les logiques algorithmiques à l’œuvre dans la sélection qui nous est délivrée. Il montre en tout cas que d’autres distributions de l’information sont possibles… et que les boites noires sont à leur tour manipulables.


Avant l’internet, les grands médias étaient nos filtres sur le monde. Selon le journal que vous achetiez, la chaîne de radio ou de télévision que vous suiviez, votre vision du monde était différente, rappelle sur son blog Ethan Zuckerman (@ethanz), directeur du Centre pour les médias civiques du MIT (@civicMIT). Puis, internet et ses puissants moteurs de recherche ont permis de faire naître des filtres selon ses centres d’intérêts. Les médias sociaux ont ensuite proposé une autre forme de filtre, des filtres basés sur nos relations sociales… jusqu’à ce que celles-ci deviennent trop importantes et qu’elles nécessitent une autre approche : une approche algorithmique qui personnalise le filtrage selon un ensemble complexe de facteurs.

La bulle du filtre, posée par Eli Pariser, repose sur l’idée que nos tendances naturelles à l’homophilie sont amplifiées par des filtres conçus pour nous donner ce que nous voulons, plus que des idées qui nous challengent, nous conduisant à des formes d’isolement idéologique et à la polarisation. « Les fausses nouvelles conçues pour tromper le public et recueillir des publicités reposent sur le fait que les algorithmes de Facebook ont du mal à déterminer si les informations sont vraies ou non, alors qu’ils peuvent facilement voir si les informations sont nouvelles et populaires. Lorsque le Congrès américain réclame des actions à l’encontre des fake news ou de la propagande russe, il ne réclame rien d’autre qu’une autre forme de filtrage, basée sur qui crée le contenu et sur la véracité des faits. »


La suite ici : Paramétrer notre bulle de filtre… pour en reprendre le contrôle

16.12.17

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.