L’économie collaborative, ce n’est vraiment pas le partage pour tous


partage pour tous

Cette nouvelle approche du capital économique change-t-elle fondamentalement la donne en termes d’inégalités économiques? Si les plus mal lotis économiquement peuvent en partie profiter de ces évolutions, n’est-ce pas plutôt les propriétaires d’un patrimoine fortement valorisable qui en tireront le plus profit?


La polémique née des cas de discrimination sur Airbnb ne pourrait bien être qu’un symptôme de la face sombre de l’économie dite « du partage » ou collaborative.

Parmi les nombreuses promesses de l’économie du partage, l’une des plus fréquemment mise en avant est celle d’une société plus « égalitaire ». L’argument sous-jacent est simple: les nouvelles plateformes d’échange de l’économie du partage garantissent « enfin » un accès à tous et à (presque) tout. Elles permettent, par exemple, de profiter à moindre prix et pendant les quelques heures dont on en a besoin d’une voiture, d’outillages ou d’un logement à New York… Autant de biens qui seraient tout simplement hors de portée pour beaucoup s’ils devaient les acheter au travers des canaux de l’économie classique. A priori donc, l’économie du partage profiterait à tous, à commencer par les moins nantis.

La suite ici : L’économie collaborative, ce n’est vraiment pas le partage pour tous | Slate.fr

26 06 16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.