Paysage politique espagnol: travaux (toujours) en cours


Paysage politique espagnol

Les résultats de dimanche soir, et l’hypothèse à confirmer d’un gouvernement minoritaire du PP, épargnent le PSOE du dilemme qui se serait profilé si la gauche avait obtenu une majorité potentielle en sièges: empêcher une alternance, ou s’allier avec des formations anti-austérité, favorables à un éventuel référendum sur l’indépendance de la Catalogne et souhaitant renvoyer les socialistes à un rôle subalterne à gauche.


Le scrutin de ce dimanche a confirmé la difficulté rencontrée par les deux principaux partis à former seuls une majorité sans plébisciter les alternatives.

Les élections législatives du dimanche 26 juin en Espagne n’ont pas bouleversé les rapports de force repérés lors du scrutin de décembre dernier. À gauche en particulier, les socialistes du PSOE n’ont pas été dépassés par la coalition entre Podemos et la Gauche Unie, dont nous décrivions la dynamique et les espoirs il y a quelques jours sur Slate. Et de façon générale, aucun parti ni bloc de droite ou de gauche n’obtient une majorité absolue. La progression du Parti populaire (PP, droite) du Premier ministre sortant Mariano Rajoy lui confère cependant un peu plus d’espoir de se maintenir au pouvoir, fut-ce à la tête d’un gouvernement minoritaire.

La suite ici : Paysage politique espagnol: travaux (toujours) en cours | Slate.fr

28 06 16

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.