Pendant les travaux de l’impeachment, la politique continue


politique continue

Ce n’est pas tant un procès en destitution que Donald Trump et le Parti républicain doivent craindre, mais bien le verdict des urnes en novembre  2018 et 2020.


Alors que l’on décortique à longueur de colonnes le témoignage de James Comey devant la Commission du renseignement de la Chambre haute, les travaux ordinaires du politique continuent, à l’intérieur comme à l’extérieur. Certes, il est fascinant de voir l’ancien directeur du FBI accuser Donald Trump de « diffamation » et affirmer sous serment qu’il a tenu un compte rendu méticuleux de ses conversations avec le président de peur que celui-ci ne “mente” sur leur contenu à l’avenir. Certes, le récit des pressions qui se sont exercées sur lui, notamment lorsque Donald Trump, dans la même conversation, évoque son avenir à la tête du FBI puis lui demande de mettre la pédale douce sur l’enquête sur son ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, interpelle. Énième glissement progressif vers l’impeachment ? Pas vraiment, car l’argumentaire de défense du président est prêt et pour une fois presque convainquant : un Donald Trump néophyte politique qui méconnaît les convenances institutionnelles et ne maîtrise (volontairement) ni les codes ni les usages de la fonction, a simplement été lourd et trop direct ; il n’a pour autant commis aucun crime.

Ce séquoia politique qu’est le débat sur l’impeachment cache mal la forêt d’élus républicains en plein désarroi qui voient s’approcher la fin de cette première session du Congrès sans qu’ils puissent revenir vers leurs électeurs avec un programme législatif en partie réalisé, alors même qu’ils disposaient de la majorité dans les deux chambres et d’un président de leur propre parti. Le texte voté par la Chambre des représentants sur l’abrogation et le remplacement de l’Obamacare est bloqué au Sénat ; si une majorité s’y dégage, ce sera sur une version du projet inacceptable par les représentants du Freedom Caucus à la Chambre basse. Entre les deux chambres, on compte au bas mot cinq groupes très éloignés les uns des autres à l’intérieur même de la délégation républicaine.
La suite ici : Pendant les travaux de l’impeachment, la politique continue

15.06.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.