Après les générations Y et Z, place à la « génération K »


Génération K

Après une étude menée pendant dix-huit mois auprès d’adolescentes âgées de 13 à 20 ans nées aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, l’auteure et économiste britannique Noreena Hertz dresse le portrait de ce qu’elle nomme la “Génération K”. Explications.

Dans une tribune publiée le 19 mars dans le quotidien britannique The Guardian, Noreena Hertz revient sur son enquête menée auprès de 2000 jeunes filles occidentales nées entre 1995 et 2002, soit celles qu’elle considère être le dernier cru des millennials, en passe de devenir les femmes qui façonneront le monde de demain.

Pour les définir, elle utilise la métaphore du personnage de Katniss Everdeen dans la trilogie littéraire Hunger Games. Les jeunes femmes de la “génération K” sont comme Katniss, à qui elles empruntent l’initiale : derrière l’image de la rébellion et la défiance de l’autorité, elles ont le sens du devoir et du sacrifice. Leur statut de rebelles tient plus d’une mise en scène subie que d’un rôle véritablement choisi.

La suite ici : Après les générations Y et Z, place à la « génération K »

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.