Le populisme, hier et aujourd’hui


populisme

En réalité, les populistes sont moins animés par cette prétendue lutte contre les injustices économiques que par une volonté habile d’exploiter ces colères pour mieux gagner en soutien, à l’appui d’un programme pourtant régressif en terme d’ouverture sociale et culturelle.


Il semble aujourd’hui qu’aucune démocratie occidentale ne soit à l’abri du populisme d’extrême droite. Bien que le discours populiste semble dernièrement avoir atteint son paroxysme, porteur de lourdes conséquences – en premier lieu desquelles un vote de ‘Brexit’ consistant pour le Royaume-Uni à quitter l’Union européenne – la réalité veut que le poids du nativisme affecte depuis bien longtemps la politique démocratique.

Les mouvements populistes ont systématiquement tendance à œuvrer sur le plan de l’accusation. Dans les années 1930, le père Charles Coughlin, prêtre de l’Église catholique romaine à Détroit, préconise un programme fasciste pour l’Amérique, cherchant constamment à débusquer ceux qu’il considère comme responsables des maux de la société. De même aujourd’hui, les populistes d’extrême droite ne cessent de prendre à partie l’ « establishment » et les « élites ».

La suite ici : Le populisme, hier et aujourd’hui by Shlomo Ben-Ami – Project Syndicate

16.08.16

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.