Portugal : l’alliance qui ne gâche pas la gauche








Costa a su mener une politique sociale résolue tout en se pliant à l’orthodoxie financière, au point de recevoir les éloges de la Commission européenne et du FMI. Ce grand écart, souvent impensable ailleurs, est le grand atout des socialistes à la veille de ce rendez-vous électoral : avoir, d’une part, contenté les forces de gauche radicale l’ayant soutenu au Parlement, et, d’autre part, avoir satisfait les pouvoirs économiques. Un cas à part en Europe.




Dans une de ces ruelles pentues qui partent de la cathédrale en direction du château Saint-Georges, sur les flancs de la colline de l’Alfama, Catarina Gomes montre les fenêtres de son appartement, un 70 mètres carrés au cinquième étage sans ascenseur mais avec vue imprenable sur le Tage. Longtemps, elle a résisté à transformer son logement en appartement touristique, comme il en existe des dizaines dans ce quartier emblématique si prisé par les étrangers. «J’ai fait mes calculs, dit cette quadra, une architecte qui a du mal à joindre les deux bouts. En le louant sur Airbnb, je pourrai respirer financièrement et avec mes trois enfants, on pourra déménager dans un espace bien plus grand dans le quartier de l’Expo.»

A Lisbonne et ailleurs dans le pays, la manne touristique et résidentielle est une des clés de la surprenante réussite du gouvernement socialiste d’António Costa, appuyé depuis quatre ans par les communistes et les radicaux du «Bloco». Une inédite «alliance de gauche» donnée favorite pour les législatives de ce dimanche, et objet d’admiration internationale. L’exécutif socialiste a aussi profité d’une bonne conjoncture économique, de taux bas, d’une relance de ses exportations vers l’Europe et de sa consommation interne.

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/10/04/portugal-l-alliance-qui-ne-gache-pas-la-gauche_1755569

6.10.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.