Pour comprendre le moment populiste actuel, il faut lire Christopher Lasch


moment populiste

« Naguère, c’était la ‘révolte des masses’ qui était considérée comme la menace contre l’ordre social […]. De nos jours, cependant, la menace principale semble provenir de ceux qui  sont au sommet de la hiérarchie sociale et non pas des masses. »


Montée des mouvements identitaires d’extrême droite dans les pays occidentaux, Brexit, élection de Donald Trump, défaites de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Manuel Valls lors des primaires… Les analystes politiques ont de plus en plus de mal à comprendre les votes populaires. L’œuvre de Christopher Lasch, sociologue et historien américain décédé il y a vingt-trois ans, anticipait déjà largement ce moment populiste que nous vivons actuellement.

D’après Lasch, les nouvelles élites, c’est-à-dire « les personnes qui se situent dans les 20% supérieurs en terme de revenus », grâce à leurs richesses considérables et à la mondialisation, qui permet la mobilité totale des capitaux et des personnes les plus fortunées, ne vivent plus réellement dans le même monde que leurs concitoyens. En cela, elles s’opposent à la vieille bourgeoisie des XIXe et XXe siècles, qui était contrainte par sa stabilité spatiale à un minimum d’enracinement et « d’obligations civiques ». Ainsi, « bibliothèques, musées, parcs publics, orchestres, universités, hôpitaux et autres aménagement publics […] étaient autant de monuments à la magnificence des classes supérieures ».

La mondialisation, d’après le sociologue, a transformé les élites en touristes dans leurs propres pays. Les membres de cette nouvelle classe, qui se rêvent « citoyen[s] du monde » mais qui n’acceptent « aucune des obligations que la citoyenneté dans une forme de cité sous-entend normalement », se sont « retirés de la vie commune et ne veulent plus payer pour ce qu’ils ont cessé d’utiliser ».
La suite ici : Pour comprendre le moment populiste actuel, il faut lire Christopher Lasch | Slate.fr

20.02.17

Istacec

Mots clés :

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.