Pour les partenaires de Facebook, vos données personnelles, c’est open bar


Facebook

 

 

 

C’est encore pire que ce que l’on croyait. La phrase tourne dans la tête de celles et ceux qui analysent les turpitudes de Facebook depuis des mois. Et la dernière enquête du New York Times sur le réseau social le démontre : « Facebook a donné à de grandes entreprises de la tech un accès aux données personnelles de ses utilisateurs plus intrusif que ce qu’il a admis jusqu’alors, en exemptant ses partenaires commerciaux du respect de ses règles de confidentialité », écrit le quotidien.

 


Une nouvelle enquête du New York Times sur le réseau social le confirme : Facebook a autorisé de grandes entreprises comme Amazon, Netflix, Microsoft ou Spotify à se servir allègrement dans les données personnelles de ses utilisateurs.

Entre 2010 et 2017 (au moins), c’était donc open bar sur les données personnelles des utilisateurs du réseau social pour les partenaires commerciaux de Facebook. Jugez plutôt : le moteur de recherche de Microsoft, Bing, pouvait accéder aux noms de tous les amis des utilisateurs, tandis que Netflix et Spotify pouvaient consulter les messages privés des individus inscrits sur le réseau social. Le tout via les applications de ses partenaires commerciaux et, évidemment, sans le consentement des individus concernés. Amazon pouvait, de son côté, obtenir le nom et les coordonnées des utilisateurs par l’intermédiaire de leurs amis, et Yahoo consulter des flux de messages d’amis.

Pour mener à bien son enquête, le journal américain a eu accès à des centaines de documents internes. Ils permettent de prouver que les sociétés concernées ont sollicité les données de centaines de millions d’utilisateurs tous les mois. Ces dispositifs frauduleux d’accès aux données étaient encore actifs en 2017, voire 2018 pour certains.

La suite ici : Pour les partenaires de Facebook, vos données personnelles, c’est open bar

21.12.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.