Pour un Sommet méditerranéen



Si du point de vue géopolitique, la crise migratoire revêt une dimension mondiale -qui nécessiterait donc un sommet international-, elle est d’abord une crise euro-méditerranéenne dont les sources sont de nature structurelle et conjoncturelle. Elle ne saurait donc être résolue lors du simple sommet entre l’Europe et la Turquie. Si cette dernière joue un rôle crucial dans l’afflux de réfugiés dans l’espace Schengen, l’étendue des acteurs concernés devrait susciter la tenue d’un Sommet ouvert à l’ensemble des Etats européens et méditerranéens. Si l’Union pour la Méditerranée (UPM) créée en juillet 2008 offre un cadre institutionnel idoine pour un tel Sommet, cette organisation s’avère être une coquille vide sur le plan du volontarisme politique et incapable de relever les défis stratégiques régionaux actuels. Plus que jamais, l’échec ou du moins la défaillance de l’UPM se fait cruellement sentir…

La suite ici : Pour un Sommet méditerranéen | Béligh Nabli

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.