Pour Yuval Harari, l’intelligence artificielle avantage les dictatures


dictatures

 

 

S’appuyant sur plusieurs exemples concrets, comme les échecs, le transport, ou la santé, le prospectiviste en conclut que « la révolution de l’automatisation ne consistera pas en un évènement déterminant après lequel le marché de l’emploi se stabilisera à un nouvel équilibre ». Au contraire, les changements s’accumuleront, et les nouveaux métiers disparaîtront aussi vite qu’ils sont apparus.

 

 


Le constat est sombre comme une salle de serveurs : « La démocratie n’a rien d’inéluctable ». Par cette assertion, Yuval Harari prend, comme à son habitude, de la distance. Et nous rappelle que « les monarchies, oligarchies ou autre formes autoritaires de gouvernance ont été bien plus répandues dans l’histoire» que le système démocratique. Fidèle à sa théorie, développée dans Homo Deus, selon laquelle les démocraties libérales fondées sur les valeurs humanistes pourraient bien n’être que des parenthèses, l’historien alerte sur la fragilité des idéaux de liberté et d’égalité. Et parmi les menaces qui pèsent sur la démocratie, l’auteur souligne que « la technologie qui a favorisé l’émergence de la démocratie est en train d’évoluer. Et avec le développement de l’intelligence artificielle, cela va continuer. »

« Les technologies de l’information progressent et les biotechnologies ouvrent une fenêtre sur nos vies intérieures. Ensemble, elles pourraient créer des bouleversements sans précédent dans les sociétés humaines, érodant la nature humaine et bouleversant potentiellement nos désirs », estime l’historien. Pour lui, ces évolutions ont également un impact sur le citoyen lambda. De travailleur essentiel au bon fonctionnement de la société et dont les mobilisations pouvaient renverser des gouvernements, « l’individu ordinaire se sent de plus en plus inutile ».  Au XXe siècle, les masses se révoltaient contre l’exploitation pour transformer leur rôle essentiel dans l’économie en pouvoir politique. Aujourd’hui, les masses craignent de devenir inutiles, et elles comptent bien utiliser ce qui leur reste de pouvoir politique avant qu’il ne soit trop tard », expose encore Harari, qui explique ainsi l’avènement de Donald Trump, ou le Brexit.

La suite ici  :Pour Yuval Harari, l’intelligence artificielle avantage les dictatures

10.09.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.