Question d’économie politique: pourquoi certains pays raflent la mise au JO?


JO

Les modèles prédictifs permettent ici de démontrer des cas de tricherie sans passer par la case détection et contrôle. C’est une sur-représentativité de l’appareil politique associée à une sur-performance sportive qui révéleraient ces cas de dopage. Il serait donc intéressant, dorénavant, de développer cette méthode plutôt que de ne miser que sur les pronostics.


Qu’est-ce qui détermine la force sportive d’une nation aux Jeux olympiques ? Pourquoi tel ou tel pays semble bien plus fort que d’autres et domine allégrement la compétition ? Qu’est-ce qui explique que la Russie, la Chine ou les États-Unis apparaissent comme des monstres de réussite au moment des Olympiades ?

La science économique a, depuis longtemps, essayé de déterminer les variables explicatives des performances sportives. Déjà, en 1972, l’économiste américain D.W. Ball avait tenté de pronostiquer la réussite aux Jeux olympiques d’été de Munich et aux Jeux d’hiver de Sapporo, au Japon, à partir du PIB par habitant. Il avait repéré 21 indicateurs, comme la culture et l’expérience sportive, les conditions d’existence, le degré d’interventionnisme étatique ou la puissance démographique, mais avait montré que le PIB par habitant était capable, à lui seul, d’expliquer 40 % des résultats finaux aux Jeux olympiques.

La suite ici : Question d’économie politique : pourquoi certains pays raflent la mise au JO ?

20.08.16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.