Le public, nouvel acteur de l’histoire visuelle


Public

Au milieu des années 2000, alors que la vogue des appareils photonumériques prend son essor, la peur de la concurrence des amateurs s’installe dans les milieux professionnels. Un an après le scandale des photos d’Abou Ghraib, quelques semaines après les tragiques attentats de Londres, Libération publie en août 2005 un numéro qui reste dans les mémoires. « Tout le monde devient producteur d’images, tout le monde peut faire connaître sa vision de la réalité, écrit Patrick Sabatier. L’information, denrée jadis rare, donc chère, dont les médias avaient le monopole, se banalise, se démocratise, se privatise. Les journalistes se demandent si les prophètes de malheur qui prédisent la fin des médias n’auraient pas raison. »

La suite ici : Le public, nouvel acteur de l’histoire visuelle – L’image sociale

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.