Quand le hijab devient «cool», la bourgeoisie devient folle





L’idiotie doit avoir une logique, est-ce une consolation? Je contemple les ruines d’une France saisie de bruyante bêtise, qui fait d’une tenue de jogging pour musulmanes (très) pieuses un psychodrame national, quand ministres et politiques vaticinent et fustigent une marque familière, et que la fange encouragée injurie et menace: comme si Decathlon avait trahi la patrie. Pourquoi sommes-nous si laids aux yeux du monde?


Se mettre à la place de l’idiotie et lui chercher un sens. J’entends ce haut-le-cœur comme une nostalgie: cette passion est de mauvais conseil; elle a plusieurs visages; la nostalgie raciste d’une France simple qu’Arabes et musulmans ne coloraient pas; la nostalgie républicaine d’une France où la foi se faisait modeste en société; la nostalgie d’un monde logique, ordonné, dont la disparition nous laisse nus, tristes et vains, et fous.

Dans un texte publié ici même, une consœur et amie, Nadia Daam, pointe les contradictions des anti-voile, et notamment celle-ci: ils s’enragent d’un hijab de course, mais ne se formalisent pas du foulard que porte la nounou ou la femme de ménage. J’ajouterai que des femmes voilées viennent souvent chez Decathlon, acheter pour leurs enfants maillots de football, rollers ou VTT; pour leurs enfants et non pas pour elles, rassurantes puisque ne demandant rien qu’être mères, au foyer, sans lumière, et passant, du coup, inaperçues.

La contradiction n’est qu’apparente; elle est en réalité la logique même. Le voile d’une femme de ménage ne dérange pas l’ordre bourgeois des choses, ni celui d’une maman. Il est le stigmate toléré de l’immigration bondieusarde, de populations réputées arriérées, accrochées à leurs archaïsmes, des inférieurs encore en culture et statut… On connaît la chanson.

La suite ici : Quand le hijab devient «cool», la bourgeoisie devient folle

2.03.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.