Quel paratonnerre contre les foudres d’Erdogan ?




Si on vous dit « leader populiste », vous penserez immédiatement à Trump, Poutine ou Bolsonaro. L’autocrate le plus dangereux pour l’Europe et la France est pourtant à la fois plus proche de nous… et bien plus embarrassant. Car son pays, riverain de la Méditerranée et membre de l’Otan, détient l’un des verrous de l’immigration en Europe et prendra le 15 septembre la présidence de l’Assemblée générale de l’ONU.


Il s’agit du président turc Recep Tayyip Erdogan qui, nostalgique de la puissance de l’Empire ottoman, poursuit ses rêves expansionnistes au risque d’extrêmes tensions avec l’Union européenne et, en particulier, avec son ennemi historique la Grèce. Mais aussi avec la France d’Emmanuel Macron, en pointe pour dénoncer son islamo-nationalisme de plus en plus conquérant.

Après la transformation de Sainte-Sophie en mosquée, c’est l’incursion, mi-août, d’un navire turc de recherches sismiques, le « Oruç Reis », escorté de frégates militaires dans les eaux territoriales grecques riches en ressources gazières, qui a mis le feu aux poudres. Athènes a dénoncé une « nouvelle escalade grave ». Aussitôt appuyé par Paris, qui a renforcé la présence militaire française dans la région.

Erdogan a alors accusé Macron de se comporter « comme un caïd » en Méditerranée orientale. « Le peuple français sait-il le prix qu’il devra payer à cause de ses dirigeants cupides et incompétents ?, a-t-il menacé. Lorsqu’ils’agit de combattre, nous n’hésitons pas à donner des martyrs […]. Ceux qui s’érigent contre nous […] sont-ils prêts aux mêmes sacrifices ? »

La suite ici :Quel paratonnerre contre les foudres d’Erdogan ?

11.09.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.