Qui a peur des « Khmers verts » ?



 


Les « Khmers verts » n’existent pas. Ils sont le pur fruit d’une angoisse de l’ancien monde politique qui, dimanche, a commencé à s’essouffler. Le fait que la France ne découvre les Verts que maintenant, environ 20 ans plus tard que dans d’autres pays, est dû à un système électoral des plus vétustes qui a permis, pendant des décennies, de se passer le flambeau entre « la droite » et « la gauche ».

 


Une bonne partie des Français.e.s est encore en phase de déni. La Ve République est en danger, l’éternelle alternance « droite-gauche », pourtant décriée, est arrivée en fin de course – avec les Verts, une troisième force politique s’est invitée aux scrutins et elle vient de remporter une liste impressionnante de grandes villes françaises – Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers, Tours, Besançon et bien d’autres.

Et pendant que les LREMPS lèchent leurs plaies, d’autres diffusent déjà toute leur angoisse sur les réseaux sociaux. La fin du monde approche, les Verts sont passés ! Mais rassurez-vous, la France n’est pas en train de tomber dans un chaos sans nom (du moins, pas dans les villes ayant voté pour un exécutif vert) – et il suffit de regarder un peu plus loin que le bout de son nez pour s’en rendre compte.

Commençons par la ville de Freiburg, située à seulement 85 km de Strasbourg. Avec 220.000 habitant.e.s, Freiburg compte parmi les « grandes villes » allemandes et elle était la première, il y a 17 ans, à élire un maire vert, en la personne de Dieter Salomon. Pendant les 16 ans de ses deux mandats, Dieter Salomon et ses collègues ont développé la ville de Freiburg comme personne avant eux. Croissance économique, statut de « capitale écologique » du monde, développement d’un nouveau tourisme écologique, création d’emplois, définition d’objectifs climat ambitieux (et atteints !) : les 16 ans passés avec un exécutif vert ont fait le plus grand bien à la ville de Freiburg.

Pas de catastrophes. Pas d’amendes pour ceux qui mangent de la viande. Réduction de la circulation au centre-ville (eh non, on n’y oblige pas les commerçants du centre-ville à stationner en dehors du centre pour qu’ils portent fruits et légumes du parking vers les commerces…) – tout va bien à Freiburg. Mais Dieter Salomon n’a pas été réélu l’année dernière. Non pas à cause d’une attitude de « Khmer vert », mais parce que les Fribourgeois.e.s avaient estimé que les chevilles du maire avaient un peu trop enflé et qu’il serait temps de changer au bout de 16 ans.

La suite ici :Qui a peur des « Khmers verts » ?

2.07.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.