« Je refuse de considérer les attentats islamistes… qu’à travers le prisme de la religion »


attentats islamistes

« Je refuse aussi de me plier à l’idée qu’il faudrait étudier les phénomènes des attentats islamistes en ne raisonnant qu’à travers le prisme de la religion – ou de son absence – qui invariablement suscite l’idée de « clash des civilisations » ou du nihilisme de l’époque. D’une certaine manière, c’est exactement le message de Daech. Au contraire, j’essaie d’observer la charpente sociale qui donne naissance au désir religieux et aux conditions qui en font un ‘Imaginaire politique flottant’. »


Pourquoi certains jeunes vivant aux marges des grandes villes françaises expriment-ils un « désir de Syrie » ? « Pourquoi des centaines de milliers de jeunes à la sociographie similaire ne progressent pas plus vite sur l’escalier de la terreur ? » Pourquoi d’autres ont-ils basculé dans une violence jusqu’au-boutiste ? Peut-on expliquer les passages à l’acte terroriste autrement qu’à travers le prisme religieux ? Quelles sont les ruptures et continuités sociales, psychologiques, économiques qui accompagnent le terreau favorable au terrorisme ? Quelle est la place de l’islam dans les trajectoires de certains jeunes hommes habitant dans les banlieues diffamées ?

Telles sont les questions que pose Fabien Truong tout en revisitant celle de la « radicalisation », un « terme-écran » qu’il récuse, dans son dernier ouvrage Loyautés radicales (éditions la découverte) et dont il s’est entretenu avec The Conversation France.

Il présente au lecteur six personnages, six garçons originaires de Seine-Saint-Denis et de Grigny. Nous ne connaissons qu’un seul d’entre eux, son nom étant « entré par effraction » dans l’histoire nationale : Amédy Coulibaly dont l’auteur dresse ici une « ethnographie post-mortem, un peu à la manière d’un travail d’historien se fondant sur des sources orales ».
La suite ici : Fabien Truong : « Je refuse de considérer les attentats islamistes en ne raisonnant qu’à travers le prisme de la religion »

25.10.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.