Une réinvention radicale du djihadisme


djihadisme

En suscitant d’absurdes politiques qui sèment le chaos au sein des communautés locales tout en préservant et récompensant des systèmes politiques qui n’ont plus rien à offrir, l’OEI tire parti de la puissance de ses ennemis pour mieux dévaster les superstructures régionales et instiller au sein de sa base un profond sentiment d’injustice et une conscience victimaire.


L’organisation de l’État islamique (OEI) a renouvelé le mouvement djihadiste. Alors que celui-ci avait fini par s’autodétruire, l’OEI a su utiliser le vide créé par la guerre en Syrie pour se réinventer et renaître. C’est désormais une force dépourvue d’idéologie qui s’installe dans une région où les États sont en totale déliquescence. Et cette force est capable d’exploiter les erreurs, les excès, les faiblesses et les insuffisances de ceux qui le combattent.

Le djihadisme au Proche-Orient a de beaux jours devant lui. Un seuil semble bien avoir été franchi au-delà duquel la réponse à la menace grandissante du djihadisme perpétue et exacerbe les causes mêmes du phénomène dans une spirale qui enfle à chaque rotation.

Le recours de plus en plus fréquent aux bombardements aériens a détruit, jour après jour, le paysage urbain de la région et ravagé son tissu social. Des villes entières sont rayées de la carte et des millions de personnes contraintes de fuir, plongées dans des situations de désespoir extrême. La si nécessaire aide humanitaire se fait rare, contrairement à l’intolérance et à la discrimination. Le développement des milices aux dépens des armées régulières est alimenté par une course effrénée aux armements qui ne pourra qu’affaiblir les États existants, et nourrit ce qui est devenu un « »système de radicalisation  » dans la région.

La suite ici : Une réinvention radicale du djihadisme

11.08.16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.