« Les religions ont un sérieux problème avec les femmes »


religions

Inna Shevchenko et Pauline Hillier, militantes du mouvement Femen, viennent de publier Anatomie de l’oppression (Seuil), qui détaille les atteintes des religions sur chaque partie du corps des femmes. Sur la tête, les seins, le cœur, le ventre, les mains, le sexe, les pieds, selon les sept chapitres du livre, qui se referme sur celui intitulé « Un diagnostic, des remèdes ». Anatomie de l’oppression est un livre-manifeste, chirurgical, très documenté, étayé par une lecture des textes canoniques des trois religions monothéistes, et par des témoignages de femmes vivant dans différentes régions du monde.


Notre féminisme très incarné nous a naturellement conduites à cette approche charnelle du conflit entre les religions et les femmes. Pour avoir utilisé nos corps comme outils politiques, nous avons nous-mêmes essuyé de nombreuses attaques et menaces, très souvent de la part d’intégristes religieux. Nous avons été frappées, humiliées, torturées, enfermées, on nous a tiré les seins, arraché des cheveux, craché au visage, fouillées à nu, voilées de force. Mille horreurs nous ont été promises : nous violer, nous  violer, nous sodomiser, nous perforer le vagin avec des barres de fer, nous arracher les seins, nous couper la langue, nous tondre la tête, nous crever les yeux, nous défigurer à l’acide…

Ces menaces correspondent à ce que les femmes subissent partout dans le monde quand elles tentent de libérer leur corps et leur esprit des fers de la religion. Le corps de la Femen, affranchi et libre, défie l’autorité religio-patriarcale, et donc cristallise toute sa haine. Quelque part, notre corps morcelé, écartelé, confisqué, conspué, c’est le corps de la patiente zéro d’Anatomie de l’oppression. C’est un livre qui dénonce, qui incrimine et qui veut convaincre : nous ne sommes pas ce qu’ils disent, nous valons mieux que ça, il n’y a pas de fatalité.

L’obsession des religions pour le corps des femmes, c’est ça le plus dingue, le plus bizarre. C’est extrêmement violent d’être née et de vivre dans un corps dont chaque partie est définie, codifiée et contrôlée avant que vous ayez vous-même commencé à y penser. Le corps d’une femme est capable de tellement plus que ce que les religions affirment. Prenez la tête, par exemple, cette partie du corps qui à mon avis subit les attaques les plus folles de la part de la religion. Notre esprit pourrait définir librement qui nous sommes, chacune d’entre nous pourrait se définir individuellement, et non pas en tant que fille, épouse, mère ou sœur. Il pourrait apprendre, créer, évoluer, et non pas seulement mémoriser des prières et des règles. Les religieux plantent leurs drapeaux politiques sur nos têtes pour y afficher leurs idées sexistes.
La suite ici : « Les religions ont un sérieux problème avec les femmes » | Charlie Hebdo

5.04.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.