Réseaux sociaux : limiter les contenus haineux, est-ce limiter la liberté d’expression ?



 


Supprimer des contenus haineux en ligne revient-il à limiter la liberté d’expression ? Les plateformes peuvent-elles censurer le président des États-Unis ? Et doivent-elles être responsables du contenu qu’elles hébergent ? 

 


Fin mai, Twitter est le premier à franchir un pas important. Le réseau social avait, quelques semaines plus tôt, renforcé ses règles pour contrôler les contenus allant, en pleine crise du Covid-19, à l’encontre des consignes de santé publique : ceux-ci peuvent désormais être signalés aux utilisateurs comme potentiellement « trompeurs » ou « controversés », et Jair Bolsonaro en avait fait les frais, comme nous l’expliquions début avril, Twitter ayant effacé fin mars deux vidéos dans lesquelles le président brésilien dénonçait les mesures de confinement prises par les autorités locales.

Le 27 mai, Donald Trump a la surprise de constater qu’il n’est lui non plus pas épargné par ce durcissement des règles : à deux de ses tweets ont été ajoutés une mention « Vérifiez les faits ». Le président américain y assurait que le vote par correspondance était nécessairement « frauduleux ». Trump réagitimmédiatement à ce signalement par une salve de tweets. Il écrit notamment : « Les républicains ont le sentiment que les plateformes de réseaux sociaux censurent totalement les voix conservatrices. Nous allons les réglementer sévèrement, ou les fermer (…) ». Et le président américain d’ajouter : « Twitter étouffe la liberté d’expression et moi, en tant que président, je ne laisserai pas cela arriver ».

Deux jours plus tard, le 29 mai, un tweet de Trump est à nouveau signalé par Twitter, cette fois pour « Apologie de la violence ». « Quand les pillages démarrent, les tirs commencent. Merci ! », écrivait le président dans un message en réagissant aux affrontements survenus à Minneapolis dans la foulée de la mort de George Floyd, qui avait agonisé pendant 8 minutes et 46 secondes sous le genou d’un policier quatre jours plus tôt.

La suite ici :Réseaux sociaux : limiter les contenus haineux, est-ce limiter la liberté d’expression ?

4.07.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.