Accord de Paris: le retrait des États-Unis est-il si dramatique?


retrait des États-Unis

« La Chine prendra la tête sur le plan technologique et en matière d’innovation. Mais en matière diplomatique et politique, elle n’assumera pas seule le leadership. Celui-ci se fera de façon plus conjointe et distribuée que par le passé, autour de l’Union européenne, le Canada et la Chine. »


Comme attendu, le président américain a dénoncé jeudi 1er juin un accord mal négocié par Obama et nuisible aux emplois américains. Mais sa justification économique est mise à mal par la spectaculaire création d’emplois dans les énergies renouvelables et la mobilisation de nombreuses entreprises américaines en faveur de l’accord de Paris. Et on voit mal comment les États-Unis pourraient maintenant renégocier un nouvel accord qui leur serait plus favorable.

Aucun des ingrédients de la téléréalité n’aura manqué : les déclarations à l’emporte-pièce de Donald Trump pendant campagne, les multiples reports de la décision, le suspens pendant le G7, les faux espoirs liés à la diversité des opinions dans l’entourage du président… jusqu’à cette annonce faite dans les jardins de la Maison-Blanche avec une demi-heure de retard sur l’horaire annoncé. Sans doute une façon de préparer les opinions internationales et domestiques aux différents scénarios possibles, et une volonté de mettre la diplomatie climatique sens dessus dessous.
La suite ici : Accord de Paris : le retrait des États-Unis est-il si dramatique ?

5.06.17

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.