La Suisse, laboratoire « démocritique »?


démocritique

La Suisse a été incapable de se réformer et de se moderniser, sombrant dans « une idéologie passéiste qui célèbre une petite Suisse propre, pure, juste et indépendante qui, en réalité, n’a jamais existé. »


La Suisse sombre dans les eaux noires d’un nationalisme paranoïaque omniprésent ; telle est la thèse défendue par François Cherix, politologue suisse membre du Parti Socialiste helvétique.

« Qui sauvera la Suisse du populisme ? » : telle est la question posée dès le titre de cet essai, paru aux éditions Slatkine. Depuis la votation qui a menacé les accords bilatéraux signés entre la Confédération helvétique et l’Europe, depuis surtout la montée en puissance, en apparence inexorable, de l’UDC (Union Démocratique du Centre), quelques voix s’élèvent, en Suisse et à l’étranger, pour la poser et remettre en question le modèle de démocratie directe que ce curieux pays semblait avoir porté à la perfection, comme ses artisans le font pour les montres.

La suite ici : La Suisse, laboratoire «démocritique»? | Chroniques – lesoir.be

12.09.16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.