Suspension du Parlement britannique : le coup de poker de Boris Johnson






Le Premier ministre a décidé de jouer avec le feu en demandant à la reine de suspendre le Parlement, pour garder la mainmise sur l’agenda du Brexit, mais au risque de provoquer des élections anticipées.




Aucun doute, la reine s’est probablement étranglée dans son porridge. C’est dans sa retraite estivale et écossaise du château de Balmoral qu’Elizabeth II a pris connaissance de ce qui ressemble fort à une forme de putsch déguisé, orchestré, une fois n’est pas coutume, par le pouvoir en place. A moins qu’on parle plutôt de déclaration de guerre du gouvernement au Parlement britannique.

Le Premier ministre Boris Johnson a confirmé mercredi avoir l’intention de demander à la souveraine de suspendre le Parlement à compter du 9 septembre et jusqu’au 14 octobre. L’objectif non déguisé de cette décision absolument extraordinaire est d’empêcher les députés de la Chambre des communes de débattre et légiférer pour bloquer un Brexit sans accord le 31 octobre prochain. Cette option est rejetée par une immense majorité des députés, mais franchement envisagée par le gouvernement de Boris Johnson.

Ce dernier a tenté de déguiser sa décision par la nécessité de «ne pas attendre jusqu’au Brexit pour mettre en œuvre nos plans pour faire avancer ce pays». Le 14 octobre, la souveraine prononcera devant les deux chambres du Parlement réunies le «Queen Speech», à savoir le programme législatif du gouvernement, un «agenda très excitant», a affirmé Boris Johnson. Traditionnellement, tout gouvernement présente une fois par an son programme législatif, au début d’une nouvelle session parlementaire. Dans la mesure où Boris Johnson vient d’arriver au pouvoir, il n’est pas illogique qu’il souhaite présenter un programme. Mais la date choisie – quinze jours avant la sortie de l’Union européenne et une semaine avant un Conseil européen qui devrait entériner un Brexit avec ou sans accord – ne laisse aucun doute sur ses réelles motivations : garder la mainmise sur l’agenda du Brexit.

La suite icihttps://www.liberation.fr/planete/2019/08/28/suspension-du-parlement-britannique-le-coup-de-poker-de-boris-johnson_1747775

29.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.