Tam Tam, une campagne de la société civile qui dénonce le néolibéralisme


Tam tam

Tam Tam, ce n’est ni une plateforme, ni un mouvement citoyen, ni un parti politique à en devenir. C’est une campagne politique et médiatique. « On veut influencer les débats politiques à l’horizon 2019. »


Tam-Tam rassemble plusieurs associations, syndicats, mutuelles, experts et citoyens. Une frange de la société civile unie pour dénoncer les politiques néolibérales, avec dans son viseur plus particulièrement celles menées par le gouvernement Michel. Tous ces acteurs sont réunis dans une campagne d’information sur les conséquences des politiques néolibérales sur la santé des citoyens, le travail et la justice. D’autres thèmes suivront, tels que la fiscalité, la démocratie et la transition écologique.

Après plus d’un an de travail, de réflexion et de discussions, c’est principalement en ligne que la campagne a démarré ce lundi, avec une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Facebook, Twitter, Instagram. Les outils numériques au service de la cause politique.

« On cherche à vulgariser et à expliquer des enjeux politiques complexes », nous explique Brieuc Wathelet, coordinateur et porte-parole de la campagne. Pour toucher un public le plus large possible, l’idée de Tam Tam est de « mêler ces outils de communication et des notes de fond plus analytiques ».


La suite ici  : Tam Tam, une campagne de la société civile qui dénonce le néolibéralisme

8.02.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.