« Téléramadan », la revue qui veut « Grand Remplacer » les idées nauséabondes


Téléramadan

Basé sur le calendrier lunaire, le mois saint ne tombe jamais à la même période d’une année sur l’autre, il est toujours en mouvement. Comme la société. « Téléramadan, c’est une revue qui essaie de raconter un monde qui est en mouvement aussi », expose-t-il. A la différence de certaines personnalités publiques qui voudraient la figer. « Ça ne nous intéresse pas de représenter un monde qui se meurt. »

« Nous sommes le Grand Remplacement. » La première phrase de l’éditorial donne le ton. Avec Téléramadan, la revue qu’ils lancent lundi 6 juin, premier jour du mois du ramadan, les auteurs Mehdi Meklat et Badroudine Saïd Abdallah, ainsi que le journaliste Mouloud Achour, ne demandent pas la permission. Ils la prennent.

Ces trois-là se connaissent depuis cinq ans. Ils ont notamment collaboré sur la Websérie d’Arte, « Vie rapide », qui raconte la société française sous la forme d’instantanés toujours bien sentis. Téléramadan, leur dernier projet en date, a essuyé plusieurs refus avant de finir par sortir de l’imprimerie. Les maisons d’édition parisiennes sollicitées craignaient que la revue, qui veut faire exister une autre vision de l’islam dans le débat public, ne soit trop communautaire.

La suite ici : « Téléramadan », la revue qui veut « Grand Remplacer » les idées nauséabondes

9 06 16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.