Theresa May lègue un Royaume-Uni en pleine crise sociale






Theresa May  reste première ministre jusqu’à la nomination de son successeur, courant juillet. C’est un bilan peu florissant qu’elle lui laisse. La première ministre laissera à son successeur un pays très affaibli par les mesures d’austérité, lancées par son prédécesseur, David Cameron. Loin d’avoir été pansées, les plaies de la société britannique restent béantes.



Pourtant, lors de son premier discours de clôture du congrès du parti conservateur, à Birmingham en octobre 2016, après le référendum sur le Brexit, elle avait estimé : « le Brexit reflète le profond sentiment que la société ne fonctionne que pour quelques privilégiés. (…) Le Brexit était une révolution silencieuse ».

Forte de ce constat, elle avait indiqué vouloir faire du Royaume-Uni « un pays où qu’importe d’où vous venez, qui vous êtes, quelle est votre couleur de peau, si vous êtes homosexuel ou hétérosexuel, tout ce qui importe est que vous soyez prêts à travailler dur ».

Trois ans plus tard, le compte n’y est pas. « Il est difficile de relire le discours de Birmingham et de ne pas y voir autre chose qu’un exercice de positionnement tant aucun de ces objectifs n’a été rempli », juge Pippa Catterall, professeure de politique à l’université de Westminster. À mille lieues de ses discours initiaux, en juin 2017, Theresa May justifiait la poursuite des mesures d’austérité, lancées en 2011 par son prédécesseur David Cameron.

À l’heure de son départ, les chiffres sont terribles : les ministères ont vu leurs budgets fondre tandis que le gouvernement a laissé les municipalités dépérir. Leurs allocations ont diminué de 49,1 % en termes réels entre les années fiscales 2010-2011 et 2017-2018, selon le Bureau d’audit national (NAO). Ce qui les a obligés à sabrer dans leurs dépenses : en moyenne -10 % pour l’aide sociale, -40 % pour les transports, -48 % pour les logements, -20 % pour l’environnement, selon les statistiques gouvernementales. Le comté du Northamptonshire, pourtant dirigé par les conservateurs, a fait faillite en 2018

La suite ici  : Theresa May lègue un Royaume-Uni en pleine crise sociale

8.06.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.