Traques, sprays au poivre… Frontex accusée de tolérer des maltraitances sur des migrants






Une enquête reproche à l’agence chargée des frontières extérieures de l’UE de laisser des garde-frontières « en Bulgarie, en Hongrie et en Grèce » traquer les demandeurs d’asile avec des chiens, recourir à des sprays au poivre ou les refouler brutalement.



Frontex, l’agence chargée des frontières extérieures de l’Union européenne (UE), est accusée par plusieurs médias d’avoir toléré des maltraitances commises sur des migrants par des fonctionnaires locaux et d’avoir elle-même violé les droits de l’homme lors d’expulsions.

Une enquête conjointe du site d’investigation Correctiv, du quotidien britannique « Guardian » et de la chaîne allemande ARD, qui diffusera son reportage mardi, reproche à Frontex de laisser des garde-frontières « en Bulgarie, en Hongrie et en Grèce » traquer les demandeurs d’asile avec des chiens, recourir à des sprays au poivre ou les refouler brutalement.

Les trois médias disent s’appuyer sur « des centaines de documents internes de Frontex » pour étayer ces maltraitances, régulièrement « classées sans suite » par l’agence européenne, affirme ARD dans les premiers extraits dévoilés sur son site.

La suite ici : Traques, sprays au poivre… Frontex accusée de tolérer des maltraitances sur des migrants

6.08.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.