Avec Trump, l’Amérique devient un cauchemar surréaliste


cauchemar surréaliste

Ses victoires, tant à la primaire républicaine qu’à l’élection présidentielle, furent des coups de théâtre retentissants et il est maintenant parti pour altérer le cours de l’histoire mondiale. Il ne comprend peut-être pas entièrement ce qu’il fait, mais ce n’est certainement pas le cas de ses conseillers.


Tous les politiques mentent. En démocratie, ils mentent généralement pour parvenir à un résultat précis: tantôt pour dissimuler une information qui endommagerait leur réputation, tantôt pour tirer profit d’un événement auquel ils sont étrangers. Parfois, une contre-vérité permet de faire obstruction à un projet de loi indésirable, ou de faciliter l’adoption d’un autre plus désirable. Mais dans chacun de ces cas, le mensonge n’est souvent qu’un éloignement temporaire de la vérité. C’est un bref séjour au-delà des frontières de notre réalité stable et partagée.

Certains mensonges politiques sont plus ambitieux. Il arrive que le but ne soit pas d’enjoliver la réalité du moment, mais d’échafauder une nouvelle réalité de toutes pièces.

C’est ce que la deuxième administration Bush a essayé de faire. Le président George W. Bush et ses conseillers –et en particulier son directeur-adjoint de cabinet Karl Rove– ont tissé un univers parallèle dans lequel Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive, al-Qaida était de mèche avec pratiquement tous les ennemis de l’Amérique, et les États-Unis étaient engagés dans une croisade messianique qui devait aboutir à diffuser la démocratie libérale et capitaliste aux quatre coins du monde. Cette vision apocalyptique avait peu de choses en commun avec l’ordre mondial tel qu’il existait vraiment, mais c’était une fable convaincante.
La suite ici : Avec Trump, l’Amérique devient un cauchemar surréaliste | Slate.fr

13.12.16



Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.