Turquie: appel pour la liberté des universitaires


universitaires

La répression consécutive à la tentative de coup d’État du 15 juillet 2016 qui s’abat bien au-delà des responsables directs vise particulièrement les universitaires coupables de vouloir maintenir la liberté de pensée, de recherche et d’enseignement indispensable à une vie démocratique et à laquelle, en Turquie particulièrement, nombreux ont été celles et ceux à sacrifier leur carrière et même leur vie.


Les premiers procès de 150 enseignants et chercheurs, accusés de propagande par le gouvernement Erdogan, ont commencé mardi. Ces collègues hommes et femmes, de toutes disciplines et de toutes générations, sont poursuivis pour les mêmes motifs : leur adhésion à la pétition des « Universitaires pour la paix », s’alarmant du sort des populations civiles kurdes prises en otages par la guerre entre le PKK et les forces de sécurité de l’État, signée par 1128 d’entre eux dès le 11 janvier 2016 (et par plus de 1 000 universitaires encore la semaine suivante). Très vite, le pouvoir en la personne même du président de la République, Recep Tayyip Erdogan, cible les signataires accusés d’être de « pseudo-intellectuels », une « foule informe », des « traîtres à la nation », des « forces occultes » qui se permettent de critiquer l’État turc et qui sont donc « des terroristes ».

La suite ici : Turquie : appel pour la liberté des universitaires

7.12.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.