Turquie-Europe: la complaisance fait partie du marchandage



L’Union européenne a donc admis, en cette nuit du 7 au 8 mars 2016, que la Turquie lui est d’un grand secours, indispensable dans la crise des migrations. Que ce fût le sommet de la complaisance, rien d’étonnant puisque celle-ci dure depuis les années trente, renforcée durant la guerre froide. La complaisance envers les crimes contre l’humanité commis par l’Etat turc est vraisemblablement, même si c’est un non-dit, le principal élément du marchandage entre l’Europe et la Turquie. Fermer les yeux sur ce qui se passe à Sur, Cizre et ailleurs, c’est bien plus précieux pour Erdogan et Davutoglu que trois ou même six milliards d’euros.

Ce n’est pas étonnant, puisque la diplomatie est le domaine du calcul cynique. Mais pourquoi des éditorialistes très écoutés s’alignent-ils sur cette attitude alors qu’ils n’ont rien à perdre, eux? Pourquoi cette complaisance de certains médias?

La suite ici : Turquie-Europe : la complaisance fait partie du marchandage – Susam-Sokak

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.