Un Brexit pour rien ?



 

 

 

 Ceux qui espèrent que le départ du Royaume-Uni va libérer l’Union européenne, et l’Allemagne en particulier, de ses pesanteurs libérales et atlantistes risquent d’être déçus.

 

La décision britannique de quitter l’Union européenne intervient trop tard. Le départ d’un État qui a incarné à la fois le libre-échange depuis la révolution industrielle du XVIIIe siècle, l’alignement sur Washington depuis la relation spéciale instaurée par Winston Churchill et Franklin Roosevelt, la financiarisation depuis que l’économie et la politique britanniques sont dominées par la City de Londres, le néolibéralisme pur et dur depuis la décennie Thatcher-Reagan, aurait pu constituer une excellente nouvelle pour l’Union.

Et rappeler aussi qu’elle n’est pas une prison. Puisque certains États peuvent encore y entrer, d’autres doivent pouvoir un jour en sortir. Sur ce plan, au moins, les élus britanniques, après avoir longtemps finassé, ont respecté le verdict de leur peuple. Ce genre de leçon démocratique n’est pas inutile par les temps qui courent.

La suite ici :Un Brexit pour rien ?

2.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.