Un emballement catastrophique du climat serait possible dès 2°C de réchauffement


emballement

 

 

Même si l’on tient l’objectif de rester sous le seuil de 2°C de réchauffement, un emballement de phénomènes naturels est envisageable. Il pourrait provoquer une accélération du réchauffement entre 4 et 5°C, rendant « inhabitable » une partie de la planète. Ces scénarios – hypothétiques – ont été élaborés par des chercheurs qui ont identifié 10 points de basculements possibles et soulignent ainsi l’urgence d’agir. Et de ne pas se cantonner à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

 

 


On savait nos efforts largement insuffisants, mais l’urgence de la situation sort encore renforcée des scénarios élaborés par une équipe internationale de chercheurs. Dans leurs travaux, publiés le 6 août dans la revue Proceedings of the National Academy of Science, les scientifiques estiment que même en respectant l’accord de Paris signé à l’issue de la COP21 en 2015, le climat pourrait se réchauffer de 4 ou 5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, et le niveau des océans monter de 10 à 60 mètres par rapport à aujourd’hui.

Un basculement vers un état de « Terre serre » qui serait provoqué par une réaction en chaîne de franchissement de différents seuils susceptibles d’alimenter et d’entretenir le processus de réchauffement. Un jeu de domino qui pourrait se déclencher même si nous respectons l’engagement de l’accord de Paris de maintenir initialement le réchauffement sous le seuil des 2°C, par rapport à l’ère pré-industrielle.

« Les émissions humaines de gaz à effet de serre ne sont pas l’unique déterminant des températures sur Terre. Notre étude suggère qu’un réchauffement de 2°C provoqué par l’homme pourrait déclencher d’autres processus du système Terre, souvent appelés « rétroactions », qui pourraient conduire à un réchauffement plus important – même si nous arrêtons d’émettre des gaz à effet de serre », détaille l’auteur principal de l’étude, Will Steffen, de l’Australian National University et du Stockholm Resicilence Center, dans un communiqué du même centre.

Les chercheurs ont identifié dix points de basculement potentiels. Parmi eux, le risque de dégel du pergélisol : d’immenses terres gelées dans le nord de la Russie, du Canada et de l’Europe qui contiennent deux fois plus de carbone qu’il y en a actuellement dans l’atmosphère. Une fois libéré par le réchauffement, ce carbone pourrait en partie rejoindre l’atmosphère sous forme de méthane, un gaz connu pour sa capacité d’effet de serre estimée jusqu’à 25 fois plus puissante que le CO2. Belle illustration de « rétroaction ».

La suite ici  :Un emballement catastrophique du climat serait possible dès 2°C de réchauffement

8.08.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.