Un million d’Européens en plus



Si, après soixante années d’intégration, le choc de la brusque arrivée d’un million de réfugiés fuyant les combats, devait briser l’unité d’une Europe de 500 millions d’habitants, et si l’Europe n’était pas à même de venir à bout des moins de 50 000 combattants de Daech ainsi que de contribuer à une solution politique en Syrie, y aurait-il lieu de regretter une telle Europe, aussi peu solidaire et aussi peu efficace ? Sauf qu’il n’existe pas d’alternative à l’Europe ! Reste donc à la réformer en profondeur et à saisir la tragédie des réfugiés pour en faire un levier du progrès vers son unité. Car hélas l’Europe ne progresse pas autrement. Méfiants devant les grands desseins et pas très sûrs de faire confiance à une UE impuissante devant le chômage et les inégalités, mais prompte à engager, malgré ses divisions internes, une négociation commerciale inégale et hasardeuse avec les Etats-Unis, les Européens ne lui concèdent que juste ce qu’il faut de souveraineté en plus pour prévenir le naufrage de l’entreprise.

La suite ici : Un million d’Européens en plus – La Libre.be

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.