Suspicieux, nostalgiques, désorientés: un portrait des « brexiteurs »


brexiteurs

Aux incertitudes de la nouveauté et à l’hostilité face à tout ce qui s’apparente à du « globalisé » (comprendre « étranger ») s’ajoute la confusion. Les sources d’informations officielles « fiables » ont disparu. Les médias traditionnels semblent prendre plaisir à se positionner systématiquement contre le gouvernement pour servir leur propre opinion ou pour toute autre raison, créant de fortes suspicions.

À l’approche du référendum en Grande-Bretagne, il semblerait que les jeunes électeurs aient plus tendance à vouloir rester dans l’Union européenne que leurs compatriotes âgés. Un sondage réalisé en avril indique que 54 % des plus de 55 ans soutiendraient le Brexit, tandis que seuls 30 % voteraient contre. Les résultats sont pratiquement inversés pour les électeurs âgés de 18 à 34 ans. En revanche, les 35-54 ans sont plus partagés : 38 % souhaitent rester dans l’Union et 42 % en sortir.

De nombreuses raisons expliquent la propension des plus âgés à vouloir voter en faveur du Brexit : ils peuvent être xénophobes, se méfier d’un système politique méconnu et lointain, penser que l’Europe n’est pas démocratique, ou encore craindre d’abandonner leur souveraineté nationale entre les mains de Bruxelles.

La suite ici : Suspicieux, nostalgiques, désorientés : un portrait des « brexiteurs »

14 06 16

Ana

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.