«Un train peut en cacher un autre: à propos de la nomination de la juge Amy Coney Barrett»



 

 

 

Les politiques en quête d’électeurs ont cherché à amener aux urnes les chrétiens fondamentalistes de la Bible Belt, ceux qui croient que le monde a été créé voici sept ou huit mille ans, sans toujours mesurer que l’activation d’idiots utiles peut mener à des situations où l’on ne sait plus très bien qui est l’idiot de qui. Toujours est-il que, une fois la machine lancée, le grand rassemblement de la droite religieuse s’est construit autour de l’arrêt Roe/Wade, par lequel, en 1973, la Cour suprême des États-Unis consacrait le droit à l’avortement.

 

 


Aristide Briand, rapporteur de la loi française de séparation des Églises et de l’État, dite « loi de1905 », souligne que le principe de laïcité est consacré dans la Constitution fédérale américaine. La lecture de ce rapport, consultable en ligne, est donc contraire à certaines idées reçues, puisque la laïcité institutionnelle française s’inspire du Premier amendement, entré en vigueur en 1791, qui instaure une complète séparation des Églises et de l’État.

Cependant, Briand remarque qu’aux États-Unis, dans un contexte historique différent, la neutralité de l’État est bienveillante à l’égard des religions, censées ne pas davantage s’occuper de politique que le politique ne s’occupe de leurs affaires. Les nombreux agnostiques américains, écrit l’homme d’État français, ne comprennent pas la question de l’anticléricalisme mais pourraient être amenés à revoir leur position si certaines religions sortaient de leur domaine spirituel pour envahir la politique. L’invasion a eu lieu, au-delà de ce que Briand pouvait prévoir, et retient aujourd’hui l’attention mondiale à l’occasion de la nomination d’une juge dévote par un président dont la dévotion sans faille aux sept péchés capitaux est indiscutable. À la complète séparation voulue par les Pères fondateurs a succédé une complète imbrication. La religion a envahi la politique, elle est aussi devenue un instrument de la politique.

Les circonstances historiques qui ont mené à pareil désastre demanderaient des développements très longs. Pour faire très court, relevons notamment que les politiques en quête d’électeurs ont cherché à amener aux urnes les chrétiens fondamentalistes de la Bible Belt, ceux qui croient que le monde a été créé voici sept ou huit mille ans, sans toujours mesurer que l’activation d’idiots utiles peut mener à des situations où l’on ne sait plus très bien qui est l’idiot de qui. Toujours est-il que, une fois la machine lancée, le grand rassemblement de la droite religieuse s’est construit autour de l’arrêt Roe/Wade, par lequel, en 1973, la Cour suprême des États-Unis consacrait le droit à l’avortement. Depuis près d’un demi-siècle, des millions d’électeurs se rendent aux urnes uniquement pour cette raison : élire un président qui nommera, si l’occasion se présente, des juges qui renverseront la jurisprudence. La victoire paraît aujourd’hui à portée de main.

La suite ici :«Un train peut en cacher un autre: à propos de la nomination de la juge Amy Coney Barrett»

22.10.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.