Une loi contre les « fake news » est-elle possible?


loi

Est-ce à un intermédiaire technique de décider ce qui est vrai ou faux ? Le risque, c’est que ces intermédiaires se mettent à censurer à peu près n’importe quoi, du moment que ça dépasse un peu la ligne officielle, pour ne pas prendre le risque d’une peine pénale.


Ce 3 janvier Emmanuel Macron a déclaré qu’un texte de loi serait présenté avant la fin de l’année pour lutter contre la diffusion de fausses informations en « période électorale ». Mais y-a-t-il vraiment un manque juridique dans ce domaine, et est-ce techniquement faisable ? Pour Laurent Chemla, membre de la Quadrature du Net, une association qui défend les libertés des citoyens sur internet, non seulement une telle loi serait inefficace, mais elle pourrait ouvrir la porte à « des pratiques dangereuses et abusives ».

« Il a l’air de s’inspirer de la nouvelle loi allemande qui s’applique depuis le 1er janvier 2018, et qui oblige Facebook et Twitter à lutter contre les propos haineux et les “fake news”. Il veut réagir à ce qui s’est passé aux États-Unis et en France lors des dernières élections présidentielles, marquées par la désinformation. Est-ce qu’il cible simplement Russia Today et les sites contrôlés par des États étranger pour les empêcher d’agir lors des prochaines élections ? C’est possible. Est-ce utile en dehors de l’effet d’annonce ? Je n’en suis pas sûr du tout. Est-ce dangereux ? Oui, certainement, car on va vouloir transformer des intermédiaires techniques en juges. »

6.01.18

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.