Vers une nouvelle crise financière?


crise financière

La relance de la titrisation au sein de l’Union européenne constitue un signal très alarmant. Elle démontre combien les leçons de la crise financière de 2007 n’ont pas été tirées par nos dirigeants politiques. Faute d’un sursaut de conscience et de lucidité de leur part, la poursuite de la « marche arrière » réglementaire plongera tôt ou tard l’Europe dans de nouvelles turbulences financières, dont le contribuable sera à nouveau la principale victime.


Flash-back. Nous sommes en juillet 2007, aux États-Unis, où vient d’éclater ce qui deviendra la plus grave crise financière depuis la Grande Dépression. Un mot un peu barbare pour les non-initiés fait soudain son apparition dans le langage courant : la « titrisation ». Le monde découvre en effet avec stupeur et tremblement que les banques américaines ont fait preuve d’une double irresponsabilité. Non seulement, elles ont consenti à tour de bras des prêts immobiliers à des ménages américains aux revenus modestes (et à des taux d’intérêt variables et élevés). Mais, conscientes du risque financier qu’elles prenaient, elles se sont débarrassées de ces créances douteuses en les « titrisant », c’est-à-dire : en les vendant sous la forme de titres financiers à des fonds spéculatifs, des fonds de pension, mais également à d’autres banques, y compris européennes. Par le biais de cette « innovation financière », les banques américaines sont certes parvenues à se soustraire aisément aux règles de prudence, mais elles ont du même coup contribué à disséminer un risque de crédit à travers l’ensemble du système financier. La suite, nous la connaissons… particulièrement en Belgique.

Dès septembre 2008, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne chantent à l’unisson : « l’autorégulation pour régler tous les problèmes, c’est fini. Le laissez-faire, c’est fini« . Désormais, l’Europe ne poursuit qu’un seul objectif : juguler la spéculation et les pratiques financières à risque à l’origine de la crise.

Mais, dix ans plus tard, le bilan de l’action européenne dans ce domaine est bien maigre : les réformes fondamentales tant espérées ne se sont pas matérialisées. Dans bien des cas, les mesures adoptées ne constituent que des modifications à la marge du cadre réglementaire.
La suite ici : Vers une nouvelle crise financière ? – International – LeVif.be

29.10.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.