Vladimir Poutine ou le pouvoir sans fin




Un amendement constitutionnel adopté mardi 10 mars à la Douma autorise le président russe à solliciter deux nouveaux mandats, alors qu’il devait initialement quitter le pouvoir en 2024.


Au nom de la « stabilité », le président russe, Vladimir Poutine, 67 ans, au pouvoir depuis vingt ans, vient de s’aménager la possibilité d’y rester seize ans de plus. Mardi 10 mars, la Douma, Chambre basse du Parlement de Russie, a adopté, en un tournemain, à une majorité écrasante (380 voix sur 450), un amendement constitutionnel visant à autoriser le chef de l’Etat à solliciter deux nouveaux mandats à l’issue de son mandat en cours, qui prend fin en 2024.

Cette réforme doit encore être validée par la Cour constitutionnelle, puis par les électeurs, appelés à se prononcer lors d’un « vote populaire » le 22 avril. Ni l’une ni l’autre de ces procédures ne constitue un obstacle pour M. Poutine, qui contrôle à peu près tous les leviers du pouvoir et ne tolère aucune réelle opposition. S’il est mis en œuvre, cet arrangement sera véritablement historique : il permettra à Vladimir Poutine de se maintenir à la tête de la Russie plus longtemps que Joseph Staline et de se retirer à 83 ans, plus vieux que Leonid Brejnev. Seuls quelques rares leaders, comme Fidel Castro (quarante-neuf ans à la tête de Cuba) et Robert Mugabe (trente-sept ans à la tête du Zimbabwe), peuvent se targuer d’avoir fait mieux.

La suite ici :Vladimir Poutine ou le pouvoir sans fin

13.03.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.