« Vote pour nous, connard, sinon tu es un salaud »


salaud

Nous avons été des néo-staliniens, des poutinistes, des amis de Bachar-el-Assad, des complices du gazage des populations, des ennemis de la démocratie et de la liberté d’expression régnant par la terreur, des destructeurs de l’Union européenne, des naïfs, des bobos, des enragés et même, au cours de la dernière semaine, des antisémites.


Je vais voter Macron, mais j’aurais aimé passer à autre chose, il y a de nombreuses tâches dans la vie que l’on accomplit par force, par devoir, sans plaisir », explique Jean-Noël Lafargue. Et au lieu de faire la leçon à ceux qui hésitent, ne faudrait-il pas plutôt consacrer son énergie à discuter avec les électeurs du Front National, pour essayer de « comprendre pourquoi les habitants de certains territoires se sentent malheureux ou menacés au point de rechercher un parti qui affirme pouvoir tout régler en se débarrassant de certaines personnes ? ». Tribune libre.

Quelques heures après le résultat de l’élection de dimanche, j’avais déjà publié un billet expliquant que j’allais voter pour Emmanuel Macron au second tour, bien qu’ayant voté pour le programme de la « France insoumise » qui lui est radicalement opposé à presque tous les égards. Au passage, j’essayais de me donner du cœur pour cette corvée en me concentrant sur les points positifs : après tout, l’alternative aurait pu être de se déterminer entre Le Pen et Fillon, tous deux inquiétés par la justice pour des faits du même ordre, tous deux représentants d’une droite très très à droite, raciste, homophobe et fondant son discours sur la peur de tout. Au moins, le succès (très relatif) d’Emmanuel Macron indique un peu plus de foi dans l’avenir que celui des deux candidats qui suivent.
La suite ici : « Vote pour nous, connard, sinon tu es un salaud » – Basta !

30.04.17

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.