Vox: du national-catholicisme à l’ultranationalisme néolibéral






« Nous parions sur les Valeurs, la Famille et la Vie (…) nous croyons en un système basé sur la liberté, où les impôts soient le plus réduits possible et même éliminés. Moins d’impôts, plus d’emplois ; moins d’État, plus de liberté ».



L’irruption de Vox et son succès aux élections régionales andalouses, puis son entrée au Parlement espagnol après le scrutin du 28 avril dernier, ont poussé les analystes à rechercher des clés d’interprétation. L’une d’elles pourrait être une franche adhésion à la droite radicale (depuis une optique ultranationaliste espagnole, et non pas celle des partis populistes européens de la même tendance politique), et une autre la part de continuité et de rupture idéologique et culturelle avec son parti nourricier: le Partido Popular libéral-conservateur dont il est une scission de droite.

L’étiquette de droite radicale permet de comprendre que Vox est un parti qui accepte les règles du système représentatif pour développer un modèle social le plus clairement anti-gauche et anti-démocratique légalement possible. Vox représente donc la quintessence de l’ultranationalisme espagnol contemporain : unité de l’Espagne, catholicisme politique du XIXe siècle, national-catholicisme du XXe et franquisme.

La suite ici  : Vox: du national-catholicisme à l’ultranationalisme néolibéral

9.06.19

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.