Y a-t-il quelqu’un pour empêcher la réélection de Donald Trump ?




Ce qui est en jeu n’est pas seulement l’avenir politique des États-Unis, mais celui de la démocratie. Le spectacle qu’a donné le Parti républicain au cours des derniers jours – à l’exception notable du sénateur de l’Utah Mitt Romney,  a tout simplement été honteux. Plagiant Winston Churchill, pourra-t-on dire d’eux un jour qu' »après le déshonneur, ils connaîtront la défaite » ? On aimerait y croire. On est très loin de ce scénario aujourd’hui.


Impeachment » repoussé, Chine empêtrée dans le coronavirus, résultats économiques époustouflants, désastre démocrate dans l’Iowa : tout semble sourire au président américain, qui peut raisonnablement espérer un deuxième mandat. Mais il reste dix mois, une éternité en politique. L’enjeu est de savoir si, dans le climat populiste qui règne aux États-Unis, la voix de la modération, incarnée par un Pete Buttigieg, peut encore l’emporter.

Avec un taux d’approbation qui s’est élevé à 49 % au cours des derniers jours, Donald Trump est-il déjà sûr de l’emporter en novembre ? Le Parti républicain fait bloc derrière lui, le Parti démocrate est plus que jamais divisé sur l’essentiel, et ne semble toujours pas avoir trouvé l’homme (ou la femme) providentiel(le). On sent parmi les élites européennes comme une forme de résignation. Il faudra bien s’accommoder de quatre années supplémentaires de Donald Trump.

Néanmoins, on peut se demander si cette résignation à la réélection de Donald Trump n’est pas un peu prématurée ? Aujourd’hui il paraît irrésistible, mais qu’en sera-t-il demain ? Dix mois, c’est une éternité en politique.

D’ici à la convention démocrate de juillet, le parti démocrate peut-il dépasser ses divisions et se réunir derrière un candidat qui soit pour l’année 2020 l’équivalent de ce que fut Barack Obama en 2008 ? Poser la question ainsi c’est s’interroger sur les chances de Pete Buttigieg de l’emporter sur Donald Trump. L’ancien maire de South Bend de trente-huit ans est, jusqu’à la caricature, le contraire absolu du héros des républicains. Tout les oppose, l’âge, la taille, l’éducation, l’expérience militaire, les valeurs, jusqu’aux préférences sexuelles.

Peut-il faire le poids face à un président candidat qui est un véritable tueur et peut s’appuyer désormais sur ses résultats, pour demander « quatre ans de plus » à son électorat ? Les atouts de « Mayor Pete » – son intelligence, sa culture, son cursus universitaire d’Harvard à Oxford, sa maîtrise des langues – peuvent presque apparaître comme des handicaps dans le climat populiste qui règne aux États-Unis.

La suite ici  :Y a-t-il quelqu’un pour empêcher la réélection de Donald Trump ?

14.02.20

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.