Zeev Sternhel : L’Holocauste en tant que prétexte pour l’annexion



 

 

 


Co-fondateur du mouvement La Paix Maintenant dans les années 1980, Sternhell, rescapé du génocide d’origine polonaise, âgé aujourd’hui de 84 ans, s’est défini comme sioniste, servant loyalement dans toutes les guerres, sa vie durant. Et il apparaît nettement, à la lecture de son article, publié dans Haaretz vendredi,  que c’est encore le cas. le coupable à ses yeux c’est la droite israélienne

 

 


« L’opération combinée par Donald Trump et Benjamin Netanyahou pour conférer une légitimité états-unienne à l’annexion des territoires palestiniens a transpiré au moment même où se tenait à Yad Vashem la réunion du World Holocaust Forum. Il est difficile d’imaginer plus cynique combinaison : à Jérusalem, on s’est donc servi de l’antisémitisme pour faire taire l’opposition, attendue mondialement, au plan d’annexion.

Ainsi, l’antisémitisme, qui avait conduit à la catastrophe infligée au peuple juif, a été transformé par Israël en un instrument politique cynique et éhonté. Jérusalem a fait de l’antisémitisme l’arme fatale pour s’opposer au retrait, ne serait-ce que d’une poignée de juifs, de la Cisjordanie, et à toute idée d’un partage équitable de la terre. Pour les nationalistes, toute politique qui ne colle pas à 100% à l’intérêt israélien tel qu’ils le conçoivent doit être vu comme de l’antisémitisme.

La capacité de Netanyahou et de ses partisans à utiliser le génocide et l’antisémitisme comme monnaie d’échange est bien connue depuis longtemps, de même que la lâcheté de l’Europe et l’incapacité de cette dernière à résister au chantage de la droite israélienne. Le Likoud a décidé que le refus de l’occupation et de l’apartheid dans les territoires constituait de l’antisionisme, et il a ensuite tiré un trait d’égalité entre antisionisme et antisémitisme.

La suite ici : http://www.europalestine.com/spip.php?article811

4.02.20

 

Istacec

Laissez un commentaire

You must be connecté pour laisser un commentaire.